Votre commande

Fermer

Sous-totaux

décembre 03, 2018

Comment la technologie la plus exclusive de Dynaudio se retrouve-t-elle dans le nouveau tweeter de l’Evoke

Le nouveau Cerotar exploite les technologies clés et les nouvelles techniques d’ingénierie de la Confidence et de la Special Forty

L’année 2018 a été une année bien remplie pour l’équipe Dynaudio. Mais, sous le savez déjà si vous suivez nos différents événements dans Dynaudio Magazine. Mais le plus passionnant est la technologie dont nous n’avons pas pu parler jusqu’à présent.

Alors, bienvenue dans la toute nouvelle gamme Evoke. Evoke est une famille de cinq nouvelles enceintes hi-fi offrant une véritable expérience d’audiophile à tous ceux qui aime la musique, des amateurs les plus passionnés aux débutants dans le domaine de la haute fidélité.

Tout ce que vous attendez de Dynaudio est là – un design sobre et élégant dont seule notre équipe de génie capable, composants et fonctionnalités dérivés d’équipements beaucoup plus coûteux et qualité audio d’un niveau qui vous fera tourner la tête pour ce niveau de prix.

Mais qu’est-ce qui rend Evoke si spéciale ? Les réponses possibles incluent les tests approfondis entrepris dans l’installation de test de classe mondiale et sur mesure Jupiter, ou les techniques de gestion du flux d’air dérivées de l’aérospatiale utilisées dans les tout nouveaux tweeters. Heureusement, nous avons un accès très privilégié aux Dynaudio Labs, le département de recherche et de développement très secret où prennent forme nos dernières créations.

Et voici le nouveau tweeter Cerotar...

La gamme Evoke présente de nombreuses fonctionnalités provenant d’autres produits haut de gamme Dynaudio. Prenez le tweeter Cerotar, par exemple. Basé sur le formidable tweeter Esotar Forty anniversaire de la fameuse enceinte Special Forty anniversaire et le nouvel Esotar3 (présent dans les toutes nouvelles enceintes Confidence de Dynaudio), le développement du Cerotar ne consistait pas simplement à prendre un design existant et à le mettre dans une nouvelle enceinte.

À la différence de l’Esotar Forty, par exemple, son aimant AirFlow n’est pas fabriqué à partir de néodyme. Au lieu de cela, il s’agit d’une nouvelle conception en céramique de ferrite+ et de carbonate de strontium qui offre un équilibre idéal entre puissance et finesse pour cette famille d’enceintes particulière. Aimant ferrite-céramique ; son nom est « Cerotar ». Simple.

Comme tous les autres tweeters Dynaudio, il est doté d’une membrane à dôme souple avec revêtement de précision de 28 mm. Le revêtement – appliqué aux bons endroits et à la bonne densité – aide la réponse en fréquence du tweeter à dépasser 20 000 Hz sans distorsion, sans résonance indésirable et sans subir de vacillement ou de compression dans sa réponse transitoire. C’est une technologie qui a fait ses preuves depuis la création de Dynaudio et qui n’a cessé d’être perfectionnée et améliorée.

C’est une base solide sur laquelle travailler. Les véritables progrès découlent de l’idée de baser le Cerotar sur les technologies avancées de gestion du flux d’air développées pour le Esotar Forty. Derrière la membrane à l’intérieur de l’aimant, se trouve un nouveau conduit de pression – un évent de forme spéciale qui nous permet d’agrandir la chambre arrière et qui contrôle le flux d’air dans cet espace à l’arrière de la membrane. La chambre elle-même, associée au conduit de pression, contribue à réduire la contre-pression à l’arrière de la membrane du tweeter.

… Et l’Hexis

Un autre ingrédient très spécial est aussi présent dans le mélange : le Hexis. Jusqu’à l’Evoke, cet appareil ingénieux ne se retrouvait que sur le nouveau tweeter Esotar3 (pour lequel le prix ne compte pas) dans la nouvelle gamme Confidence.

Il s’agit d’un dôme interne qui remplace l’anneau de feutre derrière la surface de jeu et qui a été conçu pour un peu plus optimiser le flux d’air. Cela a pour effet de lisser davantage la réponse en fréquence du tweeter et de raffiner les résonances – vous n’avez donc que celles qui sont souhaitables.

Si vous regardez de très près, vous pouvez le voir juste sous la membrane à dôme souple. Il est capitonné d’une façon très spécifique pour faire son travail. Et il le fait incroyablement bien si on le compare à du feutre seul ou rien du tout.

Alex Newman était un designer acousticien sur la gamme Evoke et, à peine l’avait-on laissé sortir de la salle de mesure des impulsions, que nous l’avons poussé dans un fauteuil confortable pour lui demander comment cela fonctionnait.

« Nous avons passé beaucoup de temps à écouter le tweeter », explique Alex. « Au début, quelque chose m’embêtait quand les réglages et les tests ont commencé. » Après beaucoup de travail, le problème est devenu clair. « Nous n’avions pas de matériau d’absorption derrière l’Hexis. Si vous n’en avez pas à cet endroit, vous aurez de la résonance. »

Un morceau de mousse et l’Hexis. C’est ce qui a fait la différence entre « non, ce n’est pas exactement ça » et « tais-toi et prends mon argent ». C’est cette attention portée aux détails dans la salle de mesure et les centaines d’heures passées dans la salle d’écoute qui permettent ce type d’avancée.

L’épiphanie d’Alex – comme de nombreux autres événements similaires – a été le résultat de centaines d’heures de tests et de nombreux prototypes de développement. Combien de versions ont-ils créées ? « Je ne me souviens même pas », rit-il. « Je ne veux pas m’en souvenir ! »

Intégration étendue des haut-parleurs

Toute cette technologie – science des matériaux, dynamique des flux d’air et optimisation des champs magnétiques – confère au Cerotar une très faible fréquence de résonance. En fait, elle se situe à environ 700 Hz – le niveau le plus bas que nous ayons atteint à ce jour avec ce type de système magnétique. Une faible fréquence de résonance signifie que les performances du tweeter sont beaucoup plus faciles à contrôler autour du point où elles croisent le prochain haut-parleur (le woofer ou, dans le cas de l’Evoke 50, l’unité médium).

Le chevauchement des fréquences est beaucoup plus lisse, car le tweeter peut aller plus bas. Et comme le woofer ou le haut-parleur médium est toujours capable d’excellentes performances à des fréquences plus élevées, ce transfert est presque imperceptible. C’est une transition sans heurts, et tout cela grâce à des matériaux et des connaissances de pointe – non pas à cause de composants supplémentaires dans le crossover.

Et ce n’est que le tweeter. Il existe également deux types de woofers, un haut-parleur médium, le crossover, la conception et la construction elles-mêmes. Il n’est donc pas étonnant que l’équipe ait été très occupée.

because the woofer or midrange driver is still capable of amazing performance at higher frequencies, that handover is all but imperceaptible. It’s a seamless transition, and it’s all done with cutting-edge materials and knowledge – not by adding more components in the crossover.

And that’s just the tweeter. There are also two types of woofer, a midrange driver, the crossover, the design and construction themselves… no wonder the team’s been busy.